Anita Navarrete Berbel

Elle n’écrit pas de livres, elle vit, elle chope vole des mots, les mots entrent dans ses oreilles, ses yeux, sa peau, les mots deviennent parole, matière sonore, matière écrite. Elle s’éprend de la langue, des langues des autres.

On peut la lire sur le net, ici : Le jardin sauvage et là : effacements.

EVENEMENT

ut adipiscing massa Praesent mattis quis Donec id