18 avril 2020 – Anne-James Chaton

Les italiens

En Italie
il n’y a pas que des italiens
il y a des italiens d’ailleurs
car les italiens d’Italie sont de grands voyageurs.
Quand ceux-ci rentrent de leurs périples
ils racontent aux italiens restés en Italie
ce qu’ils ont vu.
Les italiens d’Italie sont alors persuadés
que les albanais
aux cheveux blancs dès l’enfance
aux yeux glauques
voient mieux la nuit que le jour.
Ils croient que les libyens réunissent les deux sexes
et les utilisent tour à tour
parce qu’ils ont la mamelle droite comme celle de l’homme
et la mamelle gauche comme celle de la femme.
Les italiens d’Italie sont convaincus
que les éthiopiens sont les hommes les plus grands
ils mesurent huit coudées de haut
que les caucasiens n’ont qu’un œil au milieu du front
que les kirghizes ont les pieds tournés en sens contraire
ce qui ne les empêche pas de courir très vite
pour attraper d’autres hommes
dont ils se repaissent de la chair
buvant dans les crânes des défunts
qu’ils portent par la suite
au-devant de leur poitrine
en guise de serviette.
Les voyageurs italiens rapportent à leurs compatriotes
qui l’admettent sans sourciller
que les indiens mesurent plus de cinq coudées
qu’ils n’éprouvent jamais de douleur de tête
de dents ou d’yeux
et rarement des douleurs dans d’autres parties du corps.
Les indiens peuvent se tenir debout sur un pied
toute la journée
et ce même sur des sables brûlants.
Dans les montagnes indiennes
on trouve des indiens
à tête de chien
qui s’habillent avec des peaux de bête
et aboient au lieu de parler
ils sont armés de griffes
et se nourrissent du produit de leur chasse
de quadrupèdes et d’oiseaux
qu’ils attrapent aisément
avec leur huit doigts à chaque pied.
Certains de ces indiens ne possèdent qu’une seule jambe
d’autres sont privés de cou
ils ont les yeux dans les épaules.
Dans ces montagnes indiennes
selon les voyageurs italiens
et les italiens d’Italie
qui ne doutent pas des dires de leurs concitoyens
il y a des indiens debout sur deux pieds
qui possèdent dix doigts de pied
mais ils sont privés de voix
et poussent des cris stridents
ils ont le corps velu
les yeux glauques
des dents de chien
et n’absorbent aucun aliment solide
ni aucune boisson
ils vivent de la respiration des odeurs
celles variées des racines de fleurs
et des pommes sauvages
mais un parfum un peu fort les tue sans difficulté.
Dans d’autres régions de l’Inde
du côté de l’orient
on trouve des indiens
à en croire les italiens revenants
et les italiens restés
qui ont des trous à la place des narines
des pieds flexibles
le corps entier couvert de poil
et sont dépourvus de bouche.
Ces indiens vivent cent trente ans
et quelque fois plus longtemps
deux cent ans
sans vieillir
ils meurent comme au milieu de la vie
la chevelure blanche dans la jeunesse
la noire dans la vieillesse.
Les femmes indiennes meurent avant les hommes
à quarante ans.
Au sud de l’Inde
sur une grande île
les Sri Lankais possèdent de si grandes oreilles
qu’ils s’en couvrent tout le corps
mais ce sont surtout ceux qui vivent le plus longtemps
les hommes seulement
car les femmes Sri Lankaises
donnent naissance à leur enfant
à cinq ans
et meurent à huit ans.
Les grecs vivent eux aussi très longtemps
cent quarante ans
mais seulement ceux d’entre eux
qui se nourrissent exclusivement de chair de vipère
disent les italiens revenus
aux italiens demeurés.

Extrait de « Populations », en cours d’écriture, à paraître aux éditions P.O.L.

risus. tempus sit ante. dolor. id diam eget