08 avril 2020 – Christophe Manon

07.XI.17

Vulnérables
si vulnérables et cependant
portés par la tremblante joie
de respirer mais sans jamais
pouvoir panser les blessures
aux abords du désir
car les mots
dans leur tension extrême
augmentent le volume de leur résonance
par les profonds silences
cristallisés entre les espaces blancs
ainsi d’infimes fluctuations de la lumière
sur l’eau mouvante
où lentement s’épuise
la perspective oblique des émotions.

Texte paru dans la Revue N/Z n° 2, deuxième semestre 2018.

felis in velit, Aenean et, Donec ut elit. pulvinar