07 avril 2020 – Christophe Manon

06.XI.17

La langue
est un puissant stupéfiant
dont la charge électrique a pour effet majeur
d’accélérer les infrapulsations du poème
toutefois
ses combinaisons insolites
ne peuvent témoigner avec justesse
de l’intensité des événements
ni rendre grâce
aux épiphanies quotidiennes
et cependant lorsque nos épidermes
dans l’odeur de l’excès
en frémissant se frôlent
comme tonnerre et foudre
nous sommes alors tout prêts
de croire à la beauté des choses.

Texte paru dans la Revue N/Z n° 2, deuxième semestre 2018.

justo libero. ut libero sit massa id sed id libero Praesent